Home / Thématique / Clientèles / Résultats de l’enquête de fréquentation du Parc national des Ecrins

Résultats de l’enquête de fréquentation du Parc national des Ecrins

Le dispositif d’enquête

Le Parc national réalise tous les 5 ans des enquêtes de fréquentation de manière à suivre les évolutions et mieux connaître les visiteurs.

La partie qualitative a été réalisée cette année sur le territoire pilote du Valgaudemar, à la fois sur site et par l’intermédiaire de partenaires-relais (hébergements, points d’accueil). La mise en place de questionnaires auto-administrés a été expérimentée. L’autre partie, quantitative, a fait l’objet de comptage sur l’ensemble du parc avec une partie spécifique pour le Valgaudemar. Du 15 juin au 15 septembre 2011, 17 compteurs routiers, 14 éco-compteurs piétonniers ont enregistrés les passages des visiteurs et des randonneurs, en plus du suivi de la fréquentation des 14 Maisons du Parc.

Les tendances globales

Concernant les tendances observées sur l’ensemble du parc, les sites familiaux voient leur fréquentation augmenter depuis 2006 ( Le lac de la Douche, les Gourniers, le Saut du Laire, Tourrond, le sentier des Crevasses). Les sites sportifs voient quant à eux leur fréquentation de randonneurs diminuer (Carrelet, Dormillouse, le Gioberney ou le pré de Mme Carle).

Selon les massifs, les tendances sont variables. La fréquentation est à la hausse dans le Briançonnais et le Champsaur alors que la Vallouise, le Valgaudemar et l’Oisans connaissent une baisse.

Le territoire pilote du Valgaudemar

La fréquentation du Valgaudemar est globalement en baisse par rapport à 2006.

La typologie des visiteurs est composée pour moitié de randonneurs traditionnels, pour 20% de sportifs, 20% d’adeptes d’activités sportives « douces ».

L’été 2011 a connu une baisse des clientèles de proximité, probablement du fait de conditions météorologiques peu clémentes.

Le site du Gioberney est le site le plus fréquenté se caractérise par une tendance au rajeunissement de la population ainsi que l’augmentation du nombre de « pimo-visiteurs ». Le parc national n’est pas identifié comme un motif déterminant dans le choix du lieu de visite/séjour.

Le taux de satisfaction est très bon. Les  problèmes de circulation/stationnement ont tout de même été relevés.

Les pistes d’actions identifiées

– Développement d’une offre de séjours « nature » diversifiée pour répondre aux attentes des différents profils de visiteurs

– Développer les systèmes de transport par navette pour l’accès aux chemins de randonnées afin d’éviter des flux de véhicules trop importants

– Réaliser des aménagements de sites extrêmement discrets et respectueux de l’environnement.

– Fluidifier l’information sur l’offre d’activités/animations ou en matière de sensibilisation,

Retrouvez ici plus d’informations sur cette enquête.

About Delphine

Découvrez aussi

Smartphones et/ou tablettes : les usages détaillés par Médiamétrie

Les Français ne peuvent plus se passer de leurs mobiles, qu’il s’agisse du smartphone ou de ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *